H&V&M

Jeux de rôle tiré de l'univers d'Anita Blake, tueuse de vampires.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Adel Forsyth (vampire)

Aller en bas 
AuteurMessage
Adel
Maître de la Ville
avatar

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Adel Forsyth (vampire)   Ven 27 Oct - 13:54

Nom: Son véritable nom lui est inconnu, à compter qu'il en ai jamais eu un, vu qu'à l'époque cela n'était pas d'usage... Lors de la réglementation des noms de famille cependant, il s'est donné celui de Forsyth

Prénom: Adel

Age Apparent: 25 ans

Age réel: 862 ans

Metier: Aucun

Rangs: Maître de la ville

Taille: 1m75

Poids: 62 kg

Background: Le père d'Adel, européen originaire de l'ancien royaume franc, fut capturé au cours d'une bataille contre la Perse il y a bien longtemps de cela, et fait prisonnier de guerre en compagnie de quelques "bien-chanceux" qui ne moururent pas dans la boucherie... Assommant le garde étourdi de sa cellule alors que ce dernier venait lui porter à manger durant la nuit, il parvint à s'enfuir sans trop de problèmes du lieu dans lequel on l'avait barricadé... Certains gardes en poste lui coururent après, certes, mais même blessé le bougre était rapide... Plongeant dans la rivière qui parcourait la ville, il parvint à échapper à ses poursuivants, s'épargnant ainsi une vie de captivité, ou une très possible et imminente exécution, en vue des traditions de l'époque. Parcourant un bon bout de chemin dans l'idée de fuir le plus loin possible, de manière à ce qu'on ne puisse le retrouver, ses blessures finirent par avoir raison de lui, et par lui faire perdre connaissance en pleine campagne...

Il fut retrouvé par une tribu nomade de passage à l'endroit où il s'était évanoui. De nature généreuse, les nomades décidèrent de le recueillir, et de le soigner. Peu importait l'ethnie du blessé, seul son état comptait. De l'eau coula sous les ponts. L'européen se rétablit, tout en liant amitié avec ses sauveurs, malgré tout ce qui les séparait, malgré l'état d'esprit de l'époque selon lequel étranger rimait avec ennemi... L'une des femmes de la tribu s'amouracha de l'individu. On devinera laquelle... la mère d'Adel. La trouvant à son goût, n'hésitant pas à profiter de la situation telle l'ordure qu'en fin de compte, il était, l'européen ne repoussa pas ses avances... De leur union gardée secrète, Adel naquit. Dès les premiers signes annonçant la grossesse, inutile de dire que la mère d'Adel comprit... horrifiée elle en fit tout de suite part à son amant, qui comprenant tant bien que mal ce que la jeune femme lui disait malgré le barrage du langage en fut fort... embêté. Depuis un long moment, de nouveau en bon état physique, il envisageait de partir... de quitter la tribu qui l'avait sauvé, et de rejoindre sa terre natale... Cet évènement finit de le décider. Sans crier gare, une nuit, il quitta la tribu. Autant dire qu'on ne le vit jamais plus de nouveau... Du moins pas en Perse.

Ce n'est bien sûr pas parce que le père s'enfuit que la grossesse de la jeune persane s'arrêta... La cachant tout d'abord du mieux qu'elle pouvait, elle finit par attirer l'attention de ses pairs, qui on l'imagine n'apprécièrent pas du tout l'évènement... surtout en apprenant qui était le père du bambin. Avant même sa naissance, l'enfant fut rejeté, tout comme sa mère qu'on commença alors à traiter froidement, un peu comme si cette dernière avait été une catin... La situation ne s'améliora pas après l'accouchement, ce qu'on imagine bien. Les années passèrent lentement, Adel grandit, fut élevé comme un membre à part entière de la tribu mais... fut toujours traité de façon glaciale, fut toujours évité, maltraité... sauf de sa mère bien sûr, seule source de gentillesse et de tendresse dans le monde hostile qui l'entourait. Seule proche qu'il eut jamais le temps de son enfance, Adel adora sa mère au delà des mots, ce qui fut réciproque. Si Adel en voulut aux siens pour le traiter si mal alors que son seul pêché avait été de naître, le plus gros de sa rancune fut nourrie contre son père, inconnu cruel qui avait profité de l'amour que sa mère lui portait, pour finalement l'abandonner au moment où elle aurait eu le plus besoin de lui... Inconnu cruel qui l'avait renié avant même sa naissance, ne lui donnant ne serait-ce qu'une chance... D'apparence gentil, toujours souriant et serviable malgré les injustices, délicat voire efféminé car élevé par sa seule mère - même si avec le temps ces tendances lui passèrent - Adel ne montra jamais rien de toute cette rancœur, à personne, si ce n'est bien sûr à sa très chère génitrice, à qui il confiait tout, et surtout ne cachait rien...

Malgré le traitement que lui réservèrent les siens, qui rendit son enfance quelque peu difficile, jusqu'à une certain époque l'existence du jeune homme ne fut pas trop mouvementée... Plutôt tranquille, en somme. La guerre, qui l'avait déjà amené indirectement à naître, força les choses à changer...

Adel ce jour-ci avait été chargé de corvées... C'est ainsi que portant plusieurs seaux vides il s'en était allé, prêt à parcourir les kilomètres qui séparaient le campement du point d'eau le plus proche parmi ceux que la tribu connaissait. Tâche épuisante que celle qui lui était ici confiée, mais tâche à laquelle il était habitué... vu qu'étrangement c'était bien souvent à lui qu'elle revenait. Mort de fatigue, prêt à lâcher tout son butin de la journée, le soir même Adel revint donc au campement... Campement qu'il ne retrouva pas tout à fait dans son état initial, pour tout dire. Lorsqu'au loin il remarqua la rougeur lumineuse dans le ciel, il se demanda quoi... Lorsque de loin il pu apercevoir les premières effluves de fumée, clairement, il s'inquiéta... Une clameur déchirante, persistante, s'amplifiant au fur et à mesure qu'il avançait... Une chaleur anormale... Une odeur répugnante... Paniquant finalement, malgré la fatigue et son chargement conséquent, il se mit à courir. Il s'était rendu compte que quelque chose n'allait pas, et voulait vite voir ce qu'il se passait... Lorsqu'il arriva à destination, le spectacle n'était pas des plus agréables. Les roulottes en feu qui crépitantes et branlantes pour certaines tombaient, pour d'autres se désagrégeaient, emportant avec elles les malheureux restés à l'intérieur... Tentures qui torturées par les flammes se cambraient, souffrantes et tremblantes, dans le ciel, comme d'effrayants oripeaux, symbole de l'horreur en cours, et qui encore se répandait... Torches vivantes qui ici et là s'époumonaient, gesticulaient, avant d'agoniser dans des râles déchirants... Silhouettes cruelles, comme des démons, qui sans pitié abattaient leurs diaboliques torches sur tout ce qui n'était pas encore enflammé... Une attaque, tout simplement. Le campement si tranquille jusqu'à présent, mis à feu et à sang... Sous le choc, les lourds récipients qu'Adel transportait lui échappèrent, se renversant au sol dans un boucan alertant. Il n'eut pas le temps de comprendre, ni même de tomber à genoux sous le coup de l'incompréhension... Au loin des ombres semblaient comme fuir, d'autres les poursuivaient... Deux autres ombres bruyantes, lançant comme des cris d'alertes, pointant leurs doigts sur lui... Enfin le choc, deux bras prenant les siens, fermement, méchamment... Des paroles dures dans une langue qu'il ne comprenait pas. On commença à le trainer ailleurs, le forçant violemment à faire demi-tour... Recouvrant ses esprits, par pur réflexe de survie le jeune homme résista, tenta de se débattre, de se sauver... Un coup violent, sur son crâne. Il perdit connaissance, assommé.

Ce n'est que bien plus tard qu'Adel apprit ce qui s'était réellement passé... L'entrée en guerre de la Grèce avec la Perse, et ce malencontreux pillage qui était tombé sur eux, inoffensive et insignifiante troupe nomade, dont la seule faute avait été de monter le camp bien trop près du littoral...

Lorsqu' Adel se réveilla il se trouvait dans une vieille cale... Ce genre de vieille cale moisie, grinçante et suintante dans laquelle personne ne serait rassuré de se trouver... Quand bien même le temps et le courant seraient parfaits. A ses côtés, quelques autres individus de sa tribu, en nombre fort restreint... Un peu plus loin, d'autres persans, qu'il ne connaissait pas. Certains semblaient être encore assommés, d'autres, brisés, s'épanchaient en larmes, en cris déchirants, en sanglots poignants... D'autres encore restaient silencieux, regardant le vide d'un regard mort en disant long sur l'état dans lequel, sans doute, ils se trouvaient... Inutile de citer quel fut le soulagement d'Adel lorsqu'il aperçut sa très chère mère comptant parmi les survivants...
Le temps passa, et ce fut dur. A peine de quoi manger, aucune hygiène, une forte humidité... Ni une ni deux, c'était prévisible, voire prévu, une épidémie débuta. Premiers symptômes bénins, puis fièvre et souffrances indicibles... enfin la mort, au bout du chemin. La première victime fut un jeune enfant de 6 ans. Les deux suivantes, ses parents. Peu à peu la maladie se répandit à travers toute la cale, devenant sans tarder la psychose des prisonniers... Les membres de l'équipage n'osant plus descendre dans la cale, avec les prisonniers, les morts furent entassés dans un coin, supplice de l'odorat, supplice de la vue... supplice de l'ouïe aussi, sans donner de détails... Bientôt, ce fut au tour de la mère d'Adel d'y passer. Dès les premiers symptômes, lui comme elle comprirent. Ni supplications intérieures ni pleurs ni cris de détresse n'y firent... Sa mère comme les autres finit par mourir. Fou de douleur, il est à noter qu'il refusa de laisser partir le cadavre, allant jusqu'à lutter avec ses compagnons de voyage pour la garder auprès de lui. Ce n'est qu'après être parvenu à l'immobiliser qu'on put enfin la transporter là où elle se devait d'être, alias dans le charnier. Le temps, encore, passa... Adel peu à peu se résigna, s'enfermant dans une dépression opaque qui avait tardé à venir, mais avait bel et bien finit par l'emporter sur sa résistance mentale... Seul fou à vivre à quelques mètres des morts à peine, alors que les autres au contraire les fuyaient... Seul fou à plonger jour après jour ses yeux dans ceux, morts et se ratatinant peu à peu, de son proche décédé... c'est comme si déjà à cet époque, le destin du jeune homme avait été fixé.

Adel n'eut pas le temps de finir son voyage, ni même de contracter à son tour l'effroyable maladie, cauchemar des futurs esclaves desquels il faisait partie. Un jour qui se voulait n'être pas comme les autres, l'avancée du bateau, brutalement, fut stoppée... Raison à cela? Oh rien de bien grave... Juste une petite tempête au cours duquel le bateau sur lequel Adel se trouvait valdingua dans tous les sens, avant de s'écraser contre un joli rocher, éclatant ainsi en de nombreux morceaux aussi peu opérationnels les uns que les autres, on l'imagine bien... Adel à ce moment aurait très certainement put mourir... La proximité de l'arrivée ainsi qu'une chance inouïe firent qu'il en fut autrement. S'échouant, inconscient, comme tout bon naufragé, sur une cote française qu'il était bien entendu très loin de connaître, Adel eut la chance d'être rapidement trouvé, qui plus est, pas par n'importe qui. Celle qui le remarqua évanouit sur la plage n'était ni plus ni moins que la jeune fille du seigneur féodal habitant ce littoral. Quelques domestiques furent chargés de transporter le blessé, Première réaction des parents de la jeune demoiselle, prénommée Isabeault: vouloir confier l'étranger aux autorités, voyant qu'il ne parlait pas le français. En vue de la savante argumentation de leur bonne poire de fille, qui décidément insistait, ils changèrent d'avis... Pour un temps, ils acceptèrent de le soigner... Adel à l'aide d'Isabeault eut l'occasion d'apprendre quelques mots de français, quelques règles de grammaire... et surtout, eut l'occasion de reprendre un peu du poil de la bête, oubliant un peu ses expériences morbides, commençant à passer outre sa tristesse, et ses traumatismes... Le temps passant, les parents de la jeune fille commencèrent à apprécier Adel qui après tout était plutôt agréable à vivre, et faisait bien des efforts pour paraître sympathique et "bien élevé", selon les normes du pays où il se trouvait sur le moment... Ils lui permirent donc de rester plus longtemps, ce qu'Adel accepta sans hésiter, n'étant pas encore tout à fait rétabli, tant physiquement que moralement, et ne se sentant pas encore capable d'assumer une nouvelle vie, qui plus est en pays inconnu...

Tout, sans doute, se serait bien passé, si Adel comme Isabeault n'avaient pas fini par déraper... A force de vivre ensemble, d'apprendre ensemble et de se rapprocher, ce qui n'était pas inévitable mais tout de même fort probable arriva... L'un et l'autre commencèrent à fort s'apprécier, ce jusqu'à ce que cela se transforme en autre chose que de l'amitié... Très certainement les choses auraient pu en rester là si Isabeault, restant discrète et raisonnable, avait retenu ses ardeurs... Le fait est qu'elle n'y parvint pas. Un jour où les parents de la jeune fille, certainement trop confiants et aveugles, étaient partis, les réjouissances furent entamés par un baiser de sa part... Baiser interdit à l'origine d'une suite d'autres actes prohibés qui débouchèrent sur des problèmes d'une ampleur insoupçonnée. Lorsqu' Isabeault commença à vomir puis peu à peu à grossir, ce qu'elle ne parvint pas à cacher, les parents ne mirent que très peu de temps à comprendre... Adel qui jusque là avait pourtant eu leur faveur fut tout simplement tiré de sa chambre, et chassé violemment de la demeure, avec pour seules explications quelques jurons crachés à son encontre, jurons qu'il parvint à comprendre pour certains... Au moins les parents de la jeune fille eurent la clémence de ne pas le punir plus radicalement... Isabeault, rapidement et pour une forte dot fut mariée toute enceinte, ainsi le scandale put-il être caché... Adel qui n'avait pas mis longtemps à comprendre la raison pour laquelle il avait été chassé prit plutôt mal l'évènement... Lui qui n'avait pas eu de père s'était promis d'être présent quand viendrait son tour d'être parent... Visiblement, s'était raté, ce qui le mina plus profondément que ce que l'on pourrait penser.


Dernière édition par Elyriël le Lun 21 Déc - 6:51, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.annwvyn.tonsite.biz/Youin'/
Adel
Maître de la Ville
avatar

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Adel Forsyth (vampire)   Ven 27 Oct - 13:55

Mis à la rue alors même que ses blessures profondes étaient encore très présentes, lui faisaient encore mal et toujours le handicapaient, Adel dut prendre son courage à deux mains pour marcher jusqu'à la ville la plus proche... Ville au sein de laquelle il pensait bien trouver du travail, de manière à survivre tant bien que mal, jusqu'à trouver un moyen de pouvoir rentrer chez lui... ou non. Pas rentrer chez lui... Plus personne ne l'attendait là-bas... A quoi bon y retourner, donc? Ici il possédait maintenant un fils, et le but qu'il devait se donner, c'était un jour de pouvoir le rencontrer, de pouvoir occuper une place dans sa vie, de compter, même si ce ne devait pas être en tant que père... Bref. Il eut beau essayer de trouver un emploi, il n'y parvint pas... Le fait est que si il avait eu de la chance de tomber sur Isabeault et ses parents, la plupart des gens n'était pas comme eux, loin de là... N'importe où il allait, tout le monde l'évitait, avait peur de lui, ou même le menaçait... Cela dès qu'il s'approchait et tentait de s'exprimer. Il n'était qu'à peine plus basané, n'avait un profil qu'à peine exotique car métissé... Mais ceci, ajouté à sa maîtrise très incomplète du français suffisait aux habitants pour prendre peur, et pour le rejeter. Deuxième jour d'efforts vains, Adel proposa une énième fois son aide à un vendeur... qui sans doute plus paranoïaque que la moyenne crut à une agression. Le pauvre bougre, apeuré, appela la milice qui venait justement de passer... Malchance quand tu nous tiens... Adel se fit donc arrêter. Il eut beau crier son innocence... il ne savait pas le faire en français. Quelques très succins mots d'explications de la part du vendeur... qui suffirent. Ni une ni deux, Adel se débattant et tentant en vain, encore et encore, de s'expliquer fut inéluctablement emmené, sous les nombreux regards d'une foule que le boucan avait attiré... Dont un regard étrangement brillant, camouflé dans le noir d'une ruelle adjacente, qui malgré la situation tendue attira l'attention du jeune homme, attisa sa curiosité... Ce avant qu'il choisisse de croire que cela n'avait été qu'une illusion, puis qu'il continue en vain de tenter de s'expliquer.

Quelques jours passèrent durant lesquels Adel fut gardé captif, dans une petite cellule fort peu confortable n'étant pas sans lui rappeler la cale dans laquelle des jours de détresse durant il dut résider par le passé... Si son principal problème était alors de trouver un moyen de sortir d'ici, et de s'intégrer d'une manière ou d'une autre à son nouveau pays, quelque chose d'autre le perturba pendant toutes cette période de captivité... L'impression d'être épié, la nuit, à la petite fenêtre barricadée, ou même à la porte de fer de sa chambre de fortune... Impression à vrai dire qu'il prit encore pour une hallucination due à tout le stress et la fatigue qu'il avait accumulé. Une nuit pourtant, la preuve implicite qu'il n'hallucinait pas lui fut donnée. Cette nuit là, Adel ne dormait pas encore. Allongé sur sa couche les yeux ouverts, les sourcils froncés, il se triturait encore et toujours l'esprit à la recherche DU plan génial qui pourrait lui permettre de s'évader. Soudain... Un bruit discret, tout d'abord si peu perceptible qu'il crut encore à un tour que lui jouait son esprit. Puis... le bruit qui clairement se définissait comme un grincement... le grincement du métal tordu. Sursautant, fort surpris, Adel à toute vitesse se rassit, puis tourna la tête... direction la porte. Quelqu'un discrètement rentrait. Perplexe et plus qu'étonné, le jeune homme qui n'eut pas de suite le réflexe d'avoir peur voulu s'exprimer; demander l'identité de son visiteur impromptu... Il ouvrit donc la bouche... Ni une ni deux. Le visiteur avait disparu et... Une main recouvrait sa bouche; une autre passait contre son épaule... Enfin des lèvres contre son oreille, comme s'apprêtant à lui parler. Mais comment l'homme avait-il fait?!? Une seconde à cet endroit, l'autre seconde derrière lui... De quoi prendre réellement peur, cette fois-ci! Ce qu'il fit... Il voulut se débattre, l'espace d'un instant... Son poignet tordu à la limite de se rompre tenu derrière son dos l'en dissuada. La voix de l'autre s'éleva, tel un suave et vénéneux distillat... Un bout d'esprit, déjà, lui échappa, ainsi qu'une bonne partie de sa peur, de sa méfiance... Se détendant il écouta:

"Un peu de calme, mon jeune ami... Sachez que je ne vous veux aucun mal; qu'au contraire, je puis vous faire plus de bien que vous n'en oseriez rêver..."

Encore assez conscient pour cela, Adel s'étonna: l'autre lui parlait dans sa langue, qui pourtant n'était pas franchement répandue dans cette partie du globe... Ni le temps, ni la possibilité de répondre... Déjà l'autre reprenait, chuchotant à son oreille comme le serpent à celle d'Eve:

"Bien. Voilà qui est mieux... Cela dit, avant que je ne puisse songer à vous venir en aide, je voudrais en savoir plus sur vous... Accepteriez-vous de me faire... quelques confidences?"

Tout d'abord, Adel méfiant hésita... Mais déjà, avec une lenteur exquise l'autre quittait son actuelle position... S'agenouillait face à lui, enfin prenait son menton. Les yeux d'Adel, forcés, rencontrèrent les siens... Ces yeux si brillants, fascinants, qu'il avait déjà aperçu auparavant. Ébloui par la beauté du visage parfait qu'il avait devant lui à quelques centimètres à peine, envouté plus que jamais par les prunelles trompeuses du vampire qui sans qu'il le sache le forçait, Adel finit par perdre complètement, ou presque complètement pied... silencieusement, il acquiesça, puis laissa l'autre le questionner... Adel bien sûr dans son état d'alors répondit à tout ce qui lui était demandé, et cela dans les moindres détails. Son histoire complète passa au peigne fin, questions indiscrètes sur questions indiscrètes défilèrent... Enfin, intéressé, le vampire arrêta. Un sourire fin, qui eut du paraître inquiétant au jeune homme si il avait été dans son état normal... Deux crocs contre son épaule... Un échange de sang. Si de justesse le naufrage avait sauvé Adel de l'esclavage, voilà que maintenant il devenait esclave de sang. A la demande de son nouveau maître, Adel s'évanouit, puis fut emmené par l'individu, quand bien même ce dernier n'était pas encore tout à fait décidé à en faire le compagnon qu'il recherchait...

... Encore une fois, le temps passa. Adel vécut donc toute une période en tant qu'humain, sous la protection de son tout nouveau maître, bien qu'il ne le considéra pas comme tel. Ne se rappelant au vœu du vampire que du strict nécessaire, on ne peut pas dire que Adel fut ravi de subsister par les moyens d'un autre, une fois encore, lui au départ si indépendant de nature. Il comprenait, cependant, qu'il n'avait pas le choix. N'ayant d'abord nul par où aller, étant ensuite bien trop attiré par son hôte pour se résoudre à lui faire faux bond - quand bien même il put trouver son comportement étrange, tant son rythme jour/nuit inversé que ses quotidiennes disparitions diurnes - petit à petit Adel fit mieux connaissance avec lui. Il était un érudit, s'intéressant à tout et souhaitant tout connaître. Pas si étonnant en fin de compte qu'il sache parler la langue natale d'Adel... Ce dernier dans tous les cas fut fort impressionné par ses connaissances, sa mémoire, si ce n'était sa sagesse... Le maître quant à lui s'attacha à Adel pour son caractère, son fort tempérament... Mais aussi pour sa sensibilité persistante. Deux ans passèrent. Adel durant ce temps apprit le français convenablement... Enfin le vampire se décida, finalement.

Un soir qu'il convoqua Adel, lui expliquant que c'était urgent, il lui expliqua tout, concernant sa nature, le véritable âge qui était le sien... etc. Il lui parla des vampires... et des serviteurs humains. Cette deuxième notion ne semblait pas lui plaire outre mesure. Trop risqué... Trop fragile, l'humain, même amélioré. Ce fut le terme de "vampire" qui revint. Première réaction d'Adel quand il s'agit d'accepter ou non de devenir le semblable de son sauveur... il refusa. Effrayé, déjà il n'y croyait qu'à moitié, ensuite... ce genre de chose ne lui correspondait pas. Le vampire, insistant lui promit qu'après, il le remercierait... Si Adel resta sur son point de vue jusqu'au bout, le fait est que son vampire de maître n'accepta d'aucune manière son refus. Sans lui laisser le choix plus longtemps, pour la seconde fois il le mordit, lui prit son sang... quelques nuits de terreur, de refus et d'impuissance suivirent... enfin, le mal fut fait. Lorsque Adel fut enfin libéré de l'étreinte de son maître, il n'était plus le même. Et il était mort. On l'imagine bien, il ne l'apprécia pas, mais alors pas du tout...

Suite à cela, il entra en sacré froid avec son maître... Tout d'abord et dès les premiers instants, trahi il tenta de se sauver... ce que l'autre vampire empêcha, bien sûr, tentant de raisonner Adel au passage: il fallait bien que quelqu'un lui apprenne à se servir de ses pouvoirs! Lui montre comment se nourrir! Et tout le reste, bien sûr... Adel à contrecœur concéda. Considérant que de ne pas aller jusqu'au bout lors de la cuvée était honteux pour un membre de leur race, le maître cela dès la première victime obligea Adel à prendre la vie de la jeune personne qui le nourrissait... étape de plus dans sa destruction mentale personnelle; étape de plus dans la toute nouvelle haine qu'il commençait à ressentir pour cet individu savant, ce maître, qu'il avait pourtant durant deux longues années aimé. De ce moment, la personnalité d'Adel commença à virer, à prendre des teintes amer, aigries, qu'il avait déjà un peu gouté durant sa morbide et déjà lointaine croisière en bateau... De nombreuses années s'écoulèrent, des siècles même... siècles fort vides durant lesquels Adel fut forcé à accompagner son maître dans ses diverses activités, siècles dont lui même préfère ne pas parler... Enfin le maître un jour apprit que l'un de ses meilleurs amis était parvenu à devenir maître d'une ville du nouveau monde, encore en colonisation... Sur la demande du dit ami, le maître décida de partir le rejoindre et le soutenir, ce que lui et Adel forcé à suivre toujours et encore firent. Si Adel à plusieurs reprise durant les siècles précédent et même après tenta de se sauver, à chaque fois, il en fut empêché, fut rattrapé, par son maître qui toujours lui sifflait la même rengaine... Et bla et bla il l'aimait, et bla qu'il avait fait cela pour lui, que maintenant il possédait l'immortalité, que maintenant, il pouvait le suivre dans son éternel cycle nocturne... Discours faussement altruiste qui ne faisait plus ni chaud ni froid à Adel, il est vrai. Dans le nouveau monde, Adel apprit sans difficulté l'anglais. Aimant les arts, aimant séduire homme comme femme d'ailleurs, pour occuper ses longues et plates années d'existence, Adel comme il l'avait fait jusqu'à là pendant son temps libre continua de fréquenter théâtres, galeries d'arts, musées... mais aussi établissements quelque peu olé olé, où assez souvent il faisait ses victimes. Victimes qu'il se mit d'ailleurs naturellement à tuer, s'étant aigri jusqu'à se moquer de prendre la vie des humains qu'il chassait. Au possible et plus qu'avant, Adel tenta de fuir son maître qui pourtant parfois ne l'acceptait pas, l'obligeant à participer à ses occupations, à ses diverses réunions... et cætera.

Durant ce temps, Adel grimpa en pouvoirs considérablement. Son maître ne se rendit en aucune façon compte de l'ampleur de l'évolution, le jeune vampire préférant, à raison, rester discret concernant ses capacités en développement... Un soir qu'il observait son maître en affronter un autre avec qui il avait des comptes à régler, ce jusqu'à ce que l'adversaire soit tué, Adel se rendit compte que même du haut de ses 510 ans, il était tout à fait capable de battre son père de sang, qu'il avait fini par sérieusement dépasser. N'avait il pas là une bonne occasion de s'en débarrasser? D'être enfin tranquille? De pouvoir vivre sa vie librement? Il n'y avait pas à hésiter... quelques temps passèrent jusqu'à ce qu'une bonne occasion se présente... Son maître lui demandant de l'accompagner, une rue apparemment déserte, l'objet de ses meurtrières pensées devant, lui derrière... Le bon moment. Sans crier gare, il l'attaqua. Surpris, ne s'y attendant pas, l'autre ne se défendit pas aussi bien qu'il eut pu le faire normalement... Le combat fut bref. Le maître mourut rapidement. Enfin tranquille me direz-vous? Oui... et non à la fois. Malheureusement pour Adel, il n'avait pas été aussi discret qu'il l'avait cru... Des sbires du maître de la ville sous la protection duquel son propre maître résidait l'avaient vu. Le dit maître de la ville ne put que se mettre en rogne en apprenant la mort de son ami, d'autant plus en apprenant que le meurtrier de ce dernier n'était autre que son (très mal élevé) disciple. Malin cependant, il comprit tout aussi vite qu'Adel avait un sacré potentiel pour avoir tué si facilement son maître, qui n'était pas censé être un vampire des plus faibles... Peut-être serait-il difficile de se débarrasser de lui... Autant attendre, donc, pour se venger. Si il était dangereux de se risquer à tuer Adel en personne... peut-être pouvait on à la place détruire quelque chose d'important pour lui. La chose à faire donc, c'était de l'espionner...

Prudent Adel décida de quitter son actuelle ville de résidence, et s'installa dans un petit bourg, quelques kilomètres plus loin. A ses récents "exploits", il se doutait maintenant qu'il possédait le potentiel requit pour devenir maître d'une quelconque ville... Cela dit Adel était loin d'avoir envie de faire parler de lui. Suivi de loin, sans même qu'il s'en rende compte, mais suivi tout de même, Adel eut beau essayer qu'il ne parvint pas à quitter la surveillance du maître de son ancienne ville... Tuant ses victimes après leur avoir volé par manipulation mentale certaines choses telles que les informations concernant leur fortune et la manière dont cette dernière était protégée... Adel parvint en peu de temps à réunir une somme coquette, de manière à pouvoir s'acheter un nouveau lieu de vie; une villa en fait, et pas des moins enviables... Durant un temps, le vampire vécut plutôt tranquillement, ses souvenirs même les plus désagréables ne le hantant plus autant que naguère... Continuant ses habituels allez-retour dans les théâtres, les galeries, les tavernes et tout autre endroit susceptible d'être de quelque intérêt, c'est presque comme si sa vie n'avait pas changé... Seul et énorme différence, cependant: sa nouvelle liberté; le sentiment de légèreté, fin de l'oppression, que cette dernière lui procurait.


Dernière édition par Elyriël le Lun 21 Déc - 7:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.annwvyn.tonsite.biz/Youin'/
Adel
Maître de la Ville
avatar

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Adel Forsyth (vampire)   Ven 27 Oct - 13:55

Peut-être ne serait-il jamais devenu ce qu'il est maintenant, et peut-être en serait-il encore à mener ce genre de vie, si une nuit un évènement anodin ou presque d'apparence n'avait pas chamboulé tout son quotidien... Une énième rue sombre, telle qu'il en avait vue tant durant ses longues années de vie nocturne... Une silhouette inerte à terre; une autre penchée sur cette dernière, prostrée, sanglotant tout son saoul... Piqué d'un intérêt morbide, Adel s'était approché... Le jeune garçon en pleurs avait alors levé la tête, tout d'abord effrayé... Adel tout de suite l'avait remarqué... C'était un vampire. Un très jeune vampire, un vampire nouveau né... Le jeune sans lui laisser le temps de réagir, de lui demander quoi, ou impitoyable de se retourner pour partir, s'était jeté sur lui, lui expliquant entre deux sanglots profonds ce qu'il lui arrivait... On l'avait vampirisé sans lui demander son avis, on lui avait expliqué rapidement sa nouvelle situation... Selon son père de sang, il avait mal réagi, était une erreur finalement... On l'avait donc abandonné. Perdu, ne supportant pas l'idée de boire le sang d'un "autre" humain, le jeune s'était retenu, mais finalement n'avait pas pu résister bien longtemps... Emporté par la soif, il avait fini par faire une victime... et par malencontreusement la tuer. Il était bien cruel de créer un vampire sur un coup de tête, pour ensuite l'abandonner... Il était bien cruel de forcer une naissance ainsi que cela venait d'être fait. Adel touché plus qu'il ne l'aurait avoué par la prestation du jeune homme, se rappelant en quelques sortes la manière dont on l'avait obligé, lui, à rentrer dans les rangs des enfants de la nuit, laissa son humeur sentimentale du soir l'emporter... Le ramenant avec lui, jusqu'à sa demeure, il accepta de l'éduquer...

Le temps passa, et Adel qui malgré les années et l'aigreur n'était pas si insensible que cela tomba dans un piège mental gros comme le nez au milieu de la figure... Encore blessé, au fond, par les évènements de sa vie d'humain, Adel finit par faire l'amalgame entre son fils perdu; ce fils qu'il n'avait jamais pu rencontrer alors qu'il se l'était promis; et son jeune disciple Elian. En bref... progressivement, sans même s'en rendre compte tout d'abord, Adel s'attacha à lui, commença à se sentir revivre en quelque sorte grâce à sa présence; commença à sourire comme il ne l'avait pas fait depuis bien longtemps alors qu'il passait ses nuits en extérieur avec lui... Chose qui n'échappa pas à ceux qui encore et encore continuaient de l'espionner, sans relâche. Peu de temps passa pour qu'ils ne se décident. Leur proie était toute choisie... Un matin très tôt qu'il rentrait d'une soirée où il n'était pas allé avec Elian, Adel eut une bien mauvaise surprise en passant la porte du salon... Le tapis ravagé par les flammes... Par terre, un chétif petit tas de cendres, à côté duquel une petite dague, bien trop connue... Et à côté encore, un simple mot, écrit en lettres fines et soignées, jurant considérablement avec la barbarie du reste de la scène... "De la part de Clarence, en mémoire d'un ami très cher...".
Clarence. Maître de son ancienne ville... Un ami très cher... Il n'était pas dur de deviner de qui il s'agissait. Les flammes lui rappelant celles des roulottes quand si jeune encore il avait côtoyé l'horreur... Son "fils adoptif" assassiné... C'était bien trop, pour le vampire, à supporter. Fou de douleur comme il ne l'avait jusque là que trop été, il entra dans une fureur terrible... Fureur pendant laquelle un des jeunes domestiques de la demeure eut la mauvaise idée d'entrer, d'inspecter les dégâts, ce avant de demander perplexe ce qu'il se passait... Adel, n'étant plus tout à fait maître de son esprit, le fit taire, peut-être un peu trop violemment... Plaqué à terre, la bouche fendue par sa main tendue, la mâchoire arrachée d'un revers, enfin les yeux percés... tout ça pour calmer ses nerfs, assouvir son soudain besoin de brutalité. A en croire qu'Adel n'était pas quelqu'un qu'il fallait s'amuser à énerver... Effrayé par sa propre violence, bouleversé par la mort d'Elian, le vampire resta un long moment prostré à broyer du noir... Petit à petit, dans sa tête, un mécanisme hyperbolique, irrationnel, presque puéril se mettait en place... Une rage froide et démente à la fois, le poussant à désirer la destruction intégrale du clan de Clarence, jusqu'au moindre de ses subordonnés...

A ce moment alors, tout alla très vite, en quelques minutes, voire quelques secondes, il sut ce qu'il allait faire pour donner vie à ses ambitions tout aussi injustes qu'irréalistes... Lui même devait devenir maître d'une ville, ce qu'il savait qu'il pouvait faire... Il devrait user de son influence pour gagner l'aide d'un nombre certain de vampires, et puissants si possible... A partir de là, peut-être pourrait-il arriver à ses fins. Son actuelle ville n'étant pas assez grande, pas assez habitée pour ses ambitions, Adel décida de migrer une fois encore pour une autre ville, relativement proche... laquelle est on l'aura deviné St Louis. Il défia l'actuel maître de la ville, et parvint à le tuer, achevant ainsi avec succès la première étape de son plan... Donnant l'impression d'être arrivé un peu comme un cheveux sur la soupe, il est à noter qu'Adel n'attira pas la sympathie de ses pairs. Diplomate il attendit un bon moment... ce avant d'exiger l'aide des maîtres se trouvant à sa botte, ainsi que d'un certain nombre d'autres vampires prudents... Après tout qui disait qu'Adel ne souhaiterait pas par la suite se venger des récalcitrants? Si un certain nombre de vampires furent scandalisés, un certain autre nombre suivit le mouvement, directement, ou bien un peu forcés... Adel lui même se lança à l'assaut... Assaut qui fut à l'origine d'un massacre conséquent, et cela quel que soit le camp. Adel en vue de l'horreur qu'égoïstement il avait engendrée regagna un peu la raison... Une fois Clarence défié, une fois la tête de ce dernier désolidarisée du reste de son corps, Adel décida qu'il n'en avait que trop fait... De son plein gré, il arrêta donc là les hostilités; laissa la direction de la ville au plus fort des maîtres vampires adverses survivants, à la seule condition que ce dernier promette qu'une contre-attaque ne soit pas organisée... Suite à cet évènement de taille, bien que succinctement abordé (v_v...), il est certain qu'Adel fut fort peu apprécié, voire considéré comme un tyran... De nombreuses fois on tenta de lui faire quitter son statut de maître de la ville... Le manque de cohésion des vampires de St Louis évita à une quelconque "révolution" d'avoir lieu; quant aux duels qu'on pu imposer à Adel... à chaque fois il furent perdus. A croire que dans sa malchance, il était chanceux. Peu à peu, les années passant, les siècles passant, cette histoire finit par tomber aux oubliettes... Adel gérant bien son rôle, sachant en fin de compte être juste et ne pas abuser de son pouvoir (à quelques exceptions près...), sut se faire reconnaître... On considéra ses actes déraisonnables passés comme des erreurs de jeunesse. Si on ne lui pardonna pas, la rancœur s'atténua...

Trois siècles plus tard, tout cela s'étant définitivement bien tassé, Adel fit une nouvelle et dernière rencontre importante... Aux plaisirs coupables, établissement qu'il y avait déjà un moment de cela il avait fondé, un stripteaseur parmi tant d'autre réussit à attirer son attention... Pourquoi tout d'abord? Bêtement, tout bêtement juste pour son physique, ses manières... Tout cela lui rappelait, et avec une certaine mélancolie le très jeune humain qu'il avait été il y avait bien longtemps de cela. Peut-être ne l'aurait-il jamais remarqué si un soir, ce dernier ne l'avait pas pour une raison ou pour une autre suivi... Les présentations avaient été brèves, et à sens unique... Adel intrigué par le "jeune homme" avait décidé de faire plus ample connaissances avec lui, histoire de se distraire, tout d'abord... Une seconde fois, sans même s'en rendre compte, il était tombé dans ce piège... Toujours et encore ce même piège... Bien trop de points communs - entre autre leur condition de métisse - et... l'amalgame avec son fils qui revenait au galop. Lorsqu' Adel se rendit compte que ce qu'il se passait ressemblait de manière fort troublante à ce qu'il s'était passé avec son pauvre Elian, autant dire que l'angoisse le prit, pour ne pas dire qu'il paniqua à moitié... Commençant à craindre pour la vie de son jeune ami - après tout nombre de personnes avaient encore des raisons de vouloir se venger de lui - Adel décida de faire de Caprice son second... Pourquoi cela? Eh bien pour une raison très psychologique... "Tuer le second du maître de la ville", cela ne rendait pas tout à fait pareil que "Tuer l'ami du maître de la ville"... Un second en imposait un peu plus qu'un simple compagnon. Peut-être y réfléchirait-on un peu plus avant de s'en prendre à lui, si on ne voulait pas avoir sur le dos toute la hiérarchie, si on ne voulait pas passer pour un rebelle en mal de changement de chef...


Dernière édition par Elyriël le Lun 21 Déc - 7:26, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.annwvyn.tonsite.biz/Youin'/
Adel
Maître de la Ville
avatar

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Adel Forsyth (vampire)   Ven 27 Oct - 13:56

Description Mentale: Adel est un vampire qui peut sembler, au premier abord, plutôt insensible et "j'm'en foutiste" sur les bords... En effet, l'une de ses capacités notoires est de savoir parfaitement se blinder, et donc de pouvoir, sans aucun scrupules ni remords, tuer humains comme vampires, ou être impitoyable et injuste si il le faut, si il n'a pas envie de s'impliquer, etc. Malgré cela, Adel reste quelqu'un de moral, et ses principes font d'ailleurs que maintenant qu'il se trouve être le maître de St Louis, il assure et gère la situation ainsi qu'on l'attend de lui. Aigri, blasé par son expérience et sa trop longue vie, il n'en est pas moins qu'Adel aime plaisanter, taquiner les autres, les regarder évoluer... Il lui est tout à fait possible d'être fasciné par un comportement, une personnalité, et de vouloir la mettre à l'épreuve, au risque de frôler la limite de ses règles morales, voire de les dépasser... Il aime s'amuser de bien diverses manières... Mais en réalité, le plaisir qu'il retire de toutes ces occupations n'est que très ténu, lorsqu'il n'est pas inexistant. Seule exception à cette règle? Lorsque ses éventuelles rencontres et autres divertissements touchent un point sensible lié à son passé... Si Adel n'aime pas spécialement diriger, être connu voire redouté pour sa puissance, il aime être vu et apprécié pour ses éventuelles prestations, et apprécie considérablement de jouer la comédie, même au sein même de sa vie quotidienne... Partiellement pour les même raisons que celles pour lesquelles il ne ressent que très rarement joie ou tout type d'agrément, Adel est une personne... très dure à énerver. Ce qui n'est d'ailleurs pas plus mal, car garde à qui lui ferait perdre son sang-froid... Une fois fait, résultat de l'accumulation de traumatismes dont il est propriétaire, Adel peut très rapidement péter les plombs, ce qui n'est pas tout le temps beau à voir... A force de voir ce qui lui est cher disparaitre dans les flammes, pyrokinésiste ou non, Adel commence à être quelque peu mal à l'aise en présence de feu... Du coup, il a plutôt tendance à éviter d'utiliser son don. Souvenir de la période morbide passée dans la cale avec sa mère... Adel hait les cadavres, ou tout ce qui s'y rapporte. A vrai dire, il en a la phobie, et évitera au possible de rester dans une pièce ou un corps sans vie, ou même un zombie, se trouve... Lui mettre sous le nez un cadavre autre que vampire est un des bons moyens de lui faire perdre son éternel aplomb, surtout si le dit cadavre se trouve être celui de quelqu'un qu'il connaissait, voire appréciait. Autre point sensible: le lien de parenté père/fils sous toutes ses formes... On le voit aux différents amalgames qu'il a pu faire d'abord avec Elian, ensuite avec Caprice... On pourrait le voir aussi à bien d'autres choses. Enfin en règle générale, Adel reste très secret, ne parlant avec les autres que de sujets superficiels, ou de sujets les concernant personnellement eux, seulement. Il n'aime pas se confier, faire revenir à la vie les vieux fantômes, même lorsqu'il a besoin d'évacuer - ce qu' il lui arrive de temps en temps. Lorsqu'il lui arrive par miracle de parler de lui même, ce n'est qu'à de très rares personnes qu'il apprécie particulièrement, en qui il a une confiance aveugle... voire un peu trop.

Description Physique: Adel, vampirisé au cours de sa florissante 25ème année, garde donc le physique qui était le sien à cet âge, cela depuis de nombreux siècles... Mince, svelte, élancé, Adel n'est pas pour autant du genre chétif, maladif ou faiblard... C'est un poids plume, oui, certes, mais qui sans être pour autant musclé n'a pas l'air d'un gringalet... Il possède une chevelure noir de jais, épaisse et soyeuse, qu'il garde longue jusqu'au dessous des épaules. Son visage adulte, ovale à peine un peu allongé aux traits doux, fins et harmonieux, garde des traces de sa délicatesse juvénile et passée. Une bouche fine mais belle, assez souvent souriante en vue de sa tendance à la taquinerie ou à la plaisanterie; un nez fin et droit, des yeux souvent considérés comme magnifiques, d'un vert bouteille fascinant, toujours pétillants d'une malice monotone, voire ennuyée, souvent difficile à interpréter... Enfin un teint très pâle, en vue de son statut de vampire, mais un teint presque blanc qui malgré tout garde les traces de son métissage, car renvoie parfois de légers et très subtils reflets dorés (n'allez pas non plus croire qu'il ressemble à une fée ou à un sapin de noël... XD). Il est à noter qu'Adel possède une voix de ténor léger. Niveau vêtements, Adel a tendance à se vêtir de noir... A savoir qu'il n'y met aucune signification. Juste que c'est une de ses couleurs préférées... La manière dont il s'habille n'est pas tout à fait passe-partout, c'est un fait... Mariant mode ancienne et modernité, il en arrive à posséder un style assez hors du commun... pantalon noir surmonté de cuissardes de cuir, chemise à jabot non pas beige comme celles de l'époque, mais noire elle aussi, cintrée de sortes de "ceintures miniature" au niveau des coudes, endroit où les manches s'élargissent... Ceinture à la taille à laquelle Adel attache ses armes - qui ma foi vu son rang peuvent toujours lui être utiles - tunique noire sans manche, longue presque jusqu'à ses pieds, formant une sorte de manteau... enfin un haut de cape au col relevé, donnant à sa tenue un petit air d'achevé.

Pouvoir(s) Spécifique(s): Pyrokinésie, lévitation, télépathie

Armements: Une rapière tout d'abord; arme noble et plutôt répandue... Adel en a fait l'acquisition quelques un ou deux siècles après la Renaissance, désireux de compléter ses connaissances et son savoir-faire dans le domaine du maniement des armes blanches, connaissances et savoir-faire qui lui furent d'ailleurs gracieusement enseignés par feu son maître... La rapière se trouvant faite d'un métal sombre, inoxydable, elle est toujours en état. Lame fine, élancée, garde subtilement tissée de tiges d'acier, poignée incrustée de deux discrets rubis... on peut la définir comme étant un ouvrage de maître, liant élégance modeste et efficacité. Arme un peu plus surprenante qu'Adel transporte sur lui, arme discrète, à laquelle on ne s'attend pas... Arme enfin entièrement de sa conception, bien qu'il n'aie pas non plus été jusqu'à faire le travail de forgeron: une sorte d'anneau de métal ouvert d'une dizaine de centimètre de diamètre. des deux côtés de l'anneau, une garde fine, comme une rampe d'arrêt. Les deux gardes sont liées entre elles par une poignée juste assez large pour la main. Attachée à l'anneau comme le serait un médaillon à une chaine, coulisse une sorte de disque d'argent se trouvant en fait être une arme fine comme une lame de rasoir... La rotation faisant prendre vitesse et force d'impact à la lame, l'arme elle même étant de petite taille, on peut la considérer comme furtive en plus d'être efficace... Un atout considérable qu'Adel garde fixé à sa ceinture et utilise lorsque l'effet de surprise est de mise. Même si les armes à feu sont efficaces, Adel n'a jamais ressenti le besoin de se moderniser sur ce point... Pas qu'il soit contre le progrès, seulement, ses armes actuelles lui suffisant, il s'en contente.

Autres: -


Dernière édition par Elyriël le Lun 21 Déc - 7:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.annwvyn.tonsite.biz/Youin'/
Kalÿce
Admin
avatar

Nombre de messages : 231
Age : 29
Date d'inscription : 16/08/2006

MessageSujet: Re: Adel Forsyth (vampire)   Sam 28 Oct - 1:28

Bah tu vois, tu y es arrivée XD
Je valide bien entendu, fiche très complète, et très sympathique à lire! Wink
Enjoy, bravo et bon jeu^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpgvampire.actifforum.com
Adel
Maître de la Ville
avatar

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Adel Forsyth (vampire)   Sam 28 Oct - 2:23

XD bah j'ai pas exactement ce que je voulais mais comme dit après ça allait faire de la fiche anzielesque

^^ bah merci *prend son baluchon et s'installe Ôo quoi que non en fait c'est censé être fait depuis longtemps XD*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.annwvyn.tonsite.biz/Youin'/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Adel Forsyth (vampire)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Adel Forsyth (vampire)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» Cherche bannière vampire counts (Fantasy)
» The Vampire Diaries
» Buffy the vampire slayer et le spin-off Angel
» The World Of Vampire Diaries

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H&V&M :: Création de personnages :: Repertoire-
Sauter vers: